Interview de marque : VILAC

Si d'aventure le nom VILAC ne vous évoque pas grand chose, leurs produits vous parleront de suite. Les voitures porteurs n'en finissent pas d'être plébiscitées par les magazines et les parents. Quant aux jouets en bois, ils font le bonheur des enfants depuis 1911 ! Chez Maginéa, nous aimons vous faire rencontrer nos marques, pour vous faire découvrir leur histoire et l'envers du décor. Aujourd'hui, c'est chez Vilac que nous nous arrêtons. Alexiane Pesenti, responsable marketing s'est prêtée au jeu des questions.

Bonjour Alexiane, pouvez-vous nous présenter la marque VILAC ?
Vilac est une marque française de jouets en bois qui existe depuis 1911. C’est un des derniers bastions du jouet en bois tourné dans le Jura. Nous sommes basés à Moirans-en-Montagne, capitale française du jouet.
Malgré l’apparition des jouets en plastique, puis électroniques, Vilac a réussi à maintenir sa production de jouets en bois tourné et a même agrandi sa collection en concevant entièrement, grâce à un bureau de design intégré, des produits que nous sous-traitons.
Au départ, Vilac, ce sont des jouets à trainer, des jeux de quilles, des cordes à sauter, des petites voitures en bois, des arcs et flèches, des coffrets de jeux traditionnels en bois… Aujourd’hui ce sont également, des cuisines et marchandes en bois, des dinettes, des jeux de construction, des puzzles, des porteurs en métal, des tentes d’indiens… Et chaque année, nous créons une centaine de nouveaux jouets.

VILAC existe depuis 1911, quels sont vos produits emblématiques ?
Les jouets qui restent en mémoire sont généralement les jouets à trainer, les belles voitures en bois, les porteurs en métal, les jeux de pêche, les tentes d’indiens et les jouets d’artistes, comme ceux de Keith Haring ou de Nathalie Lété.

Et vous, quels sont vos produits VILAC préférés ?
La liste est longue car il y a les jeux auxquels je pense pour mon fils Camille qui a 18 mois et ceux avec lesquels la petite fille que j’ai été (et que je suis encore sans doute) aurait adoré jouer.
Donc pour mon fiston, la bascule mouton qui est vraiment adorable, Roxy le chien à trainer qu’il promène partout dans la maison, le jeu de cubes de construction en bois, car il est plein de jolies couleurs et parce que je rêve secrètement d’en faire un jour un architecte !
Et pour moi, si je devais écrire une lettre au Père Noël Vilac, je lui demanderais la petite dinette en métal de Nathalie Lété car elle est livrée dans une jolie valise rose à fleurs. Le tipi d’indien écru, pour faire une cabane originale dans ma chambre ou dans le jardin. Et bien sûr, le porteur en métal blanc cassé, qui est sublime ! Le parfait élément de décoration dans une chambre d’enfant.
Ah oui j’oubliais :  je voudrais aussi une poupée Petitcollin car ce sont les dernières à être fabriquées en France, et surtout parce qu’elles sentent vraiment trop bon la vanille !

Pourquoi avoir choisi de continuer à réaliser des jouets en bois même lorsque ça n’était plus la mode ?
Il m’est difficile de me mettre dans la tête des gens qui ont pris des décisions il y a 40/50 ans. Vraisemblablement que Vilac a continué parce que c’était une société assez importante dans les années 50-60-70 : elle avait déjà une renommée en France et à l’international. Tout ce dont je suis sûre, c’est que nous devons le regain de Vilac à Hervé Halgand qui a racheté la société en 1983 et l’a cédée au groupe France Cartes il y a maintenant 2 ans. Artiste dans l’âme et amoureux de l’Asie, Hervé a su voir le jouet en bois d’un œil nouveau et lui a redonné ses lettres de noblesse. En créant des partenariats avec des artistes comme Calder, Keith Haring, Castelbajac, il a permis à Vilac d’être présent dans les plus beaux musées et boutiques du monde. Aujourd’hui, le jouet en bois est à nouveau à la mode. Et nous sommes fiers d’avoir pu garder notre savoir-faire de la tournerie sur bois pendant toutes ces décennies où cela a été plus compliqué. Il y a eu de très belles sociétés de jouets en bois dans le Jura. De belles histoires. Vilac est sans doute la dernière entreprise de tournerie encore en vie. Nous mesurons notre chance et tout le travail qui a été accompli par des générations pour y arriver. En général, les gens qui travaillent chez Vilac le savent car ils ont tous un lien avec la marque. Enfants d’anciens ouvriers, de monteurs à domicile (je me souviens de l’odeur de laque dans le couloir de mes grands-parents, alors qu’ils venaient de peindre des yeux sur des chats à trainer), d’anciens propriétaires d’entreprises de jouets en bois, nous avons tous à cœur de bien faire notre travail pour transmettre un jour notre savoir-faire à des plus jeunes.

L’entreprise VILAC a plus de 100 ans, puisez-vous dans les archives pour créer vos nouveaux produits ?
Oui et non ! Généralement, nous essayons à chaque fois de repartir de la feuille blanche pour imaginer nos collections. Mais comme nous faisons aussi des jouets traditionnels, nous essayons de nous réapproprier les codes d’autrefois. De réutiliser des formes d’antan. Il y a aussi les incontournables Vilac qui restent dans notre collection depuis pas mal de temps. Nos marronniers à nous ! Nous les rafraichissons fréquemment. Je pense à Roxy le chien qui existe depuis plus de 30 ans et qui changent de couleurs tous les 3-4 ans. Enfin, il y a des jeux en bois qui doivent faire partie d’une collection et que nous réinventons dès que nous le pouvons (les cuisines, les garages, les petites voitures, les puzzles, les encastrement etc…). Les créations passées, et surtout les gros succès Vilac, sont aussi une source d’inspiration au même titre que d’autres domaines comme la décoration, la mode, le cinéma etc.

Existe-t-il des tendances dans l’univers des jouets ? Si oui, VILAC les suit-elle ?
Bien sûr qu’il y a des tendances. Il y a eu la mode des billes, la mode du catch il y a peu, la mode Hello Kitty, la mode des jeux électroniques, la mode jouets en bois… Les tendances vont et viennent au gré des changements de génération.  Vilac est attentif bien évidemment à ces tendances, car elles orientent nos choix créatifs mais surtout elles créent la demande. Cependant ces tendances ont moins d’impact sur le jouet en bois qui, du fait de son intemporalité, a l’avantage de traverser les époques sans prendre une ride.

Dernièrement, vous avez créé une collection avec Nathalie Lété. Comment choisissez-vous les designers ?
Difficile de répondre à cette question. Il y a beaucoup de raisons qui nous poussent à travailler avec tel ou tel artiste. Parfois nous les contactons, parfois ce sont eux, parfois, il s’agit d’une rencontre via une connaissance… Ce que je peux dire c’est qu’à chaque fois que cela s’est fait, c’est parce que nous avons eu un vrai coup de cœur pour l’artiste, pour son univers… Parce qu’il est arrivé à nous toucher, à créer une émotion. Et c’est ce que nous voulons pour nos jouets. Qu’ils touchent les consommateurs, qu’ils créent une émotion. Qu’ils aient ce petit quelque chose en plus que seuls les artistes arrivent à créer.

Les blogs de mamans sont très développés, avec une communauté active. Suivez-vous de près ces nouveaux canaux de communication ?
Oui, nous sommes attentifs aux blogs de mamans, car ils sont crédibles auprès des consommateurs. Et le fait qu’ils soient participatifs leur confère une vraie proximité avec les mamans.  Grâce à eux,  ce sont celles qui consomment qui font la pluie et le beau temps et qui nous disent ce qu’elles veulent, ce qu’elles aiment ou n’aiment pas. On est plus proche du consommateur. On entend mieux ses attentes. Il est donc important de consulter ces blogs, de voir ce qu’il s’y passe… Maintenant, la professionnalisation des blogs vient ternir un peu, selon moi, leur fraîcheur et leur spontanéité.  Même si on continue à y apprendre beaucoup de choses très intéressantes….

Le salon Playtime arrive à grand pas, allez-vous y participer ? Que peut-on attendre dans les nouveautés ?
Nous n’exposons pas au salon Playtime. J’espère pouvoir y aller l’an prochain, car ce salon a l’air d’être très beau.
Concernant notre collection, nous sortons une centaine de nouveautés chaque année. Parmi celles à retenir, de supers petits coffrets de voitures en bois, de très jolis puzzles en bois, deux nouveaux porteurs voiture de course en métal, une petite école en valise pleine d’accessoires pour jouer à la maîtresse, des nouveautés Nathalie Lété, des encastrements, des jeux d’éveil pour les tout petits... Bref, on peut en attendre beaucoup de cette nouvelle collection !

Découvrir tous les jouets VILAC sur Maginéa

Laisser un commentaire